ne⋅i⁙g⁞ e‥o⁛l․o g⁛i e⋯⁘  (2020)

Installation as part of Mémoires et médiations exhibition.

Mémoires et médiations exhibition

 

The exhibition took place at the Le Rift gallery in Ville-Marie (Quebec, Canada) from March 20 to May 10, 2020. Presented by the curator and artist Martin Beauregard in collaboration with Atelier Les Milles Feuilles, it fostered renewal of printing practices in the era of new technologies.

 

In the unexpected pandemic context linked to Covid-19, the exhibition was set up in the art center but closed to the public. It was then filmed, commented by the curator and showed online to the public.

 

Text of the creative process

 

A printing surface is a neutral space on which material is deposited so as to make appear a pattern, a sign, a language, an idea. The snow embodies, in a fantastic way, this idea of ​​virgin matter, a terrain available to receive the traces human activity can drop. Snow is a "blank page", the city a "reservoir of ink" with multiple colors and textures.

 

Through the artworks in the exhibition, I tried to give testimony of a presence that colonizes the snowbanks as a process of "urban impression". Daily, I photographed the metaphorical footprints of the city accumulated over the winter on the snow. From the photos, I developed 3D models in order to translate the structural aspect of the layers of deposits left by the city on the augmented snow covered mounds.

 

My daily trips, while walking, took me to contemplate landscapes of snow in constant evolution. In the city, the snow is rarely crystalline and immaculate, although this archetypal idea of purity persists in our memories. The city deposits traces on the vacant white surface every second: sand, cigarette butts, dust, urine, dog droppings, parched autumn leaves. On its surface, the snow becomes an archaeological space where the breath of the city, the passage of its inhabitants, is imprinted in layers. The snow landscapes deepen and become colored with the Anthropocene, acquiring a chaotic relief. They tell, in an undertone voice, a dystopian story.

Titre : ⁘n⋅e⋅i⁙g⁞ e‥o⁛l․o g⁛i e⋯⁘

Vidéo HD (1920 X 1080)

Durée : 2 min

Média : Photogrammétrie et imagerie de synthèse

 

Installation dans le cadre de l'exposition Mémoires et médiations

 

L'exposition Mémoires et médiations eut lieu à la galerie Le Rift à Ville-Marie (Québec, Canada) du 20 mars au 10 mai 2020.

Présentée par le commisaire et artiste Martin Beauregard en collaboration avec l'Atelier Les Milles Feuilles, elle portait sur le nouvellement de la pratique de l'impression à l'ère des nouvelles technologies.

 

Dans le contexte pandémique innatendu lié au Covid-19, elle fut montée en salle mais fermée au public, puis filmée et présentée et commentée par le commissaire en ligne.

 

Texte de la démarche

 

Une surface d’impression est un espace neutre sur lequel est déposé de la matière de manière à faire apparaitre un motif, un signe, un langage, une idée. La neige incarne, de manière fantastique, cette idée d’une matière vierge, disponible à accueillir les traces que l’activité humaine peut y déposer. La neige est la page blanche, la ville le réservoir d’encre aux couleurs e textures multiples.

 

Pour les œuvres de l’exposition, j’ai tenté de témoigner d’une présence venant coloniser les bancs de neige tel un processus d’« impression urbaine ». J’ai photographié quotidiennement les empreintes de la ville sur la neige qui s’accumule au fil de l’hiver. Des photos, j’ai développé des modèles 3D afin de traduire l’aspect structural des monticules enneigés augmentés des dépôts laissés par la ville.

 

Mes déplacements quotidiens, à la marche, m’ont emmené à contempler des paysages de neige en constante évolution. En ville, à Montréal plus spécifiquement, la neige est rarement cristalline et immaculée, bien que cette idée archétypale persiste dans nos mémoires. La ville dépose à chaque seconde des traces sur la surface blanche vacante : sable, mégots de cigarette, poussières, urine, crottes de chien, feuilles d’automne desséchées. Sur sa surface, la neige devient un espace archéologique où s’impriment le souffle de la ville et le passage des habitants. Les paysages de neige se creusent, s'élèvent, et se colorent de l’anthropocène. Ils acquièrent un relief chaotique et racontent, à voix basse, une histoire dystopique.

 

ne⋅i⁙g⁞ e‥o⁛l․o g⁛i e⋯⁘

                     1. Inoculation 2. Circulation 3. Extension

Titres : 1. Inoculation / 2. Circulation / 3. Extension

Plaques de gélose

Format (chacune) : Diamètre : 9 cm / Épaisseur : 1,5

Médias : Peinture de bactéries* par inoculation d’un substrat (gélose) sur plaque. Empreintes digitales (pour 1. Inoculation seulement)

*Bactérie Serratia marcescens neutralisée (famille des Enterobacteriaceae)

 

ne⋅i⁙g⁞ e‥o⁛l․o g⁛i e⋯⁘

                     Linceul A / Linceul B

Titres : Linceul A / Linceul B

Images sur support (X 2)

Format (chacun) : 19,4 (longueur) X 14,4 (largeur)

Média : Coton brute imprimées par transfert de bactéries à partir de plaques de gélose peintes avec culture de S. marcescens, cadre de bois, peinture à la chaux.

*Bactérie Serratia marcescens neutralisée (famille des Enterobacteriaceae)

 

With neutralized Serratia marcescens bacteria (family Enterobacteriaceae), agar plates were painted, exploring states of material deposits in the snow and its transformation into printable terrain.

 

Avec des bactéries Serratia marcescens neutralisées (famille des Enterobacteriaceae), des plaques de gélose et pièces de coton brut ont été peintes, explorant des états associés aux dépôts de matière dans la neige et à sa transformation en surface imprimable.

ne⋅i⁙g⁞ e‥o⁛l․o g⁛i e⋯⁘

                     Linceul C

Titre: Linceul C

Drapé de soi

Format : 140 cm (longueur) X 18 cm (largeur)

Média : Soie de Chine, neige fondue, gélose, Serratia marcescens

 

To extend the process and reflect on the concept of printing, I also tried to reveal the smallest parasitic particles, viruses and bacteria deposited on the snow by the city, and its living atmosphere. So, thanks to the material and technical support of the Speculative Life Bio Lab (Milieux) from Concordia University, I analyzed snow samples from downtown Montreal and used a culture to reveal the bacteria deposited on the accumulated snow (Linceul C).

 

Pour prolonger la démarche et la réflexion sur le concept d’impression, j’ai aussi tenté de révéler les plus petites particules parasitaires, virus et bactéries, déposées sur la neige par la ville et son atmosphère vivante. Ainsi, grâce au support matériel et technique du Speculative Life Bio Lab (Milieux) de l’université Concordia, j’ai analysé des échantillons de neige du centre-ville de Montréal et utilisé une culture afin de révéler les bactéries déposées sur la neige accumulée (Linceul C).

 

⁘Étapes ⋅ de ⋅ conception⋯⁘

                     ...⋯...⁙⋯⋯

Crédits supplémentaires

Assistance technique, expertise et conseils → Alexandra Bachmayer

Support matériel, espace de travail → Milieux Speculative Life Bio Lab

 

Through the artworks in the exhibition, I tried to give testimony of a presence that colonizes the snowbanks as a process of "urban impression". Daily, I photographed the metaphorical footprints of the city accumulated over the w. From the photos, I developed 3D models in order to translate the structural aspect of the layers of deposits left by the city on the augmented snow covered mounds.

With neutralized bacteria (family ), agar plates were paint deposits in the snow and its transformation into printable terrain.